PRIX POLARIS 2013 // La longue liste

Le Prix de musique Polaris, inspiré d’un modèle anglais, le Mercury Music Prize, récompense un artiste ou un groupe canadien pour l’album s’ayant le plus démarqué par sa qualité et son intégrité musicale, sans prendre en compte les ventes, le genre musicale ou les gens qui ont travaillé sur l’oeuvre.

À sa huitième édition cette année, le Polaris présente une présélection intéressante et certainement variée. Plusieurs artistes  québécois y figurent dont cinq albums francophones. Joie. Par contre, les critiques sont inévitables, un manque de représentation de la production artistique féminine se fait sentir. D’ailleurs en rétrospective, outre Arcade Fire(2011) qui compte des femmes dans ses rangs, Feist est la seule artiste à l’avoir remporté(2012). Simple observation.

Pour ce qui est du résultat, j’ai compilé mes dix coups de coeurs. Mon premier choix, so far, s’arrête sur Purity Ring – Shrines qui est d’une pureté et d’une originalité impecabble. Le jeune duo, (membres du défunt Gobble Gobble) montre de la créativité sur l’album studio en plus d’en faire une expérience intense live.

 

————————————————————————————————————————

Mac DeMarco – 2  »My kind of woman »

Hannah Georgas –  Hannah Georgas  »Shortie »

The Besnard Lakes – Until in excess, Imperceptible UFO  »People of the sticks »

Kid Koala – 12 bit blues  »5 bit blues »

Les soeurs Boulay – Le poids des confettis  »Mappemonde »

The Luyas – Animator ‘Fifty Fifty’

Metz – METZ ‘Headache’

Purity Ring – Shrines ‘Obedear’

Suuns – Images du futur ‘2020’

Whitehorse – The Fate of the World Depends on this Kiss ‘Achilles’ desire’

Publicités