NEKO CASE – The Worse Things Get, The Harder I fight, The Harder I Fight, The More I Love You // Album

Neko Case, The Worse Things Get, The Harder I fight, The Harder I Fight, The More I love You.

La douceur et la force.

Neko Case est une artiste plus qu’accompli, aucune question possible. Ses textes sont plein de féminisme romantique, sa voix passe de la douceur à la force sans effort. Son sixième album solo vient d’une période passée à déprimer, à vivre le deuil, à s’isoler par besoin. Elle fait se qu’elle veut, s’exprime comme elle le veut et ne se laisse pas marcher sur les pieds. L’honnêteté de The Worse Things Get.. est poignante. Certaines pièces ne sont pas du tout(Nearly Midnight, Honolulu) ou à peine accompagné(Afraid) et l’émotion est pleinement exposée. Tandis que le rock n’ roll de City Swans est rassurant. Le genre qui fait bouger et danser sans s’en rendre compte. L’album est personnel et elle est parle longuement ici. Un tour de force de talent pur, de vérité. L’humanisme de la communauté musicale à sa plus simple expression

Coup de coeur: Local girl, Man et la plus belle Where Did I Leave That Fire.

Publicités

Août // HEAVY ROTATION

(Allez faire PLAY plus bas, avant de lire!)

D’appeler ce billet HEAVY ROTATION, comme ceux des derniers mois, est un brin hypocrite. Parce que pour être honnête, il n’y a pas eu de Heavy Rotation ce mois-ci. Mon coup de coeur reste BRAIDS mais j’ai à peine effleuré les nouvelles sorties, malgré l’apparente qualité de celles-ci. C’est que le mois d’août et ses multiples aventures a fait place à l’introspection. Et qui dit introspection dit écoute d’albums déjà usés, ceux qui nous remplissent d’émotions. Voilà pourquoi la playlist ne se consiste pas seulement de nouveautés. Rien de consistant, beaucoup d’impulsions. Comme le mois d’août.

J’ai passé les deux dernières semaines à Londres, avec beaucoup de temps pour moi. J’ai visité des musées où je n’avais pas eu le temps d’aller; National Gallery, National Portrait Gallery et le British Museum. Il y avait quelque chose de romantique à arpenter seule les magnifiques salles de ces musées remplis de gens. J’en ai profité pour errer dans les quartiers et parcs que j’ai préférés, Shoreditch, Dalston, Green et St. James Park. J’ai bu du café, je me suis fais tatouer. J’ai aussi vu un concert que j’ai adoré, Us Baby Bear Bones. Je me suis sentie à ma place, confortable. Tout ça, toute seule. Et ça m’a fait du bien, l’indépendance.

Superbe plage de Bretagne.

Superbe plage de Bretagne.

J’ai ajouté un septième pays à ma liste, en passant une semaine en France avec Nic. Notre séjour en Bretagne ne fut rien de plus excitant que du camping, de la baignade, des villages, du fromage. On a bu de la bière sur les magnifiques plages de la Manche. On a visité trois supermarchés en six jours, juste parce qu’ils sont si plaisants. On a joué au ping-pong. On a mangé des croissants et des crêpes. On a ri et parlé. Vacances. Ensuite, détour à Brighton pour une nuit et départ de Heathrow vers Montréal. La mélancolie de la fin d’une aventure. Trois mois et demi à avoir les sens aiguisés à la puissance dix, à découvrir, sentir, apprécier, à être ébloui. J’ai passé le plus bel été. L’Angleterre; je pourrais y passer ma vie.

Alors depuis deux semaines, j’erre dans les rues de ma ville natale, trop contente de revoir mes copains et copines, ma famille, mon chat. J’ai entendu EONS jouer dans un concert de maison. Il y a quelque chose d’intime dans un concert de maison, surtout quand c’est chez des amis, un endroit déjà familier. J’avais besoin de ce sentiment, celui de reconnaitre tout ce qui est autour de moi. Il y a quelques semaines, je n’étais même pas consciente que ça me manquait. ❤