JUILLET // Heavy Rotation

Le soleil et la crème glacée de Marrocco's, Brighton, UK.

Le soleil et la crème glacée de Marrocco’s, Brighton, UK.

En constatant que  je n’ai presque pas écris de tout le mois de juillet, je ne peux pas croire qu’il soit déjà terminé. Le manque de temps pour écrire résulte d’un emploi du temps chargé, entre mon travail de nanny, mes découvertes toujours plus plaisantes, les spectacles, la musique, la bouffe, les cafés…etc. Londres, c’est un puit sans fond de petits plaisirs et toute une vie ici ne me semble pas assez pour en faire le tour. Aussi, une vague de chaleur(exceptionnel me dit-on) règne depuis le début du mois et bien que je ne peux pas m’en plaindre, l’énergie drop un brin, à 30° steady. Pour contrer la canicule, la baignade est de mise et c’est dans la Manche que je suis allée nager. Et j’ai fais ma touriste sur Abbey Road.

Highlights:

  • Mon papa a publié son premier livre En lieu sur… Un stade pour la capitale. Le Stade Municipale de la ville de Québec a 75e ans et le livre en célèbre l’histoire.
  • J’ai mangé, par deux fois, la meilleure crème glacée de ma vie, pas de blague.
  • J’ai été choyé par un Dj Set de Purity Ring et d’Austra en plus de voir Blue Hawaii Live, en une seule soirée. Plus tôt dans le mois, je me suis laissé charmer par Owen Ashworth et son projet Advance Base.
  • J’ai découvert Victories at Sea, leur EP puis live.
  • J’ai joint les rangs de Weird Canada.

En juillet, j’ai trippé sur l’album de Jay-Z et sur Lorde, une chanteuse pop de Nouvelle-Zélande. Arts & Crafts a introduit In the Valley Below. L’album que j’ai préféré est celui de Louise Burns et j’ai découvert une tonne de bands anglais, billet à venir. J’ai le coeur un peu serré en pensant qu’il ne reste que trois semaines à l’aventure. L’Angleterre va me manquer.

Publicités

PRIX POLARIS 2013 // La liste courte

 »Le Prix de musique Polaris est une récompense, décernée par un jury, qui reconnaît l’accomplissement artistique et créatif dans le domaine de la musique. Ce prix de la critique nationale honore l’album en tant qu’une forme d’art et accorde un prix en argent à l’artiste ou aux artistes qui créent le meilleur album de l’année.  »

C’est  le 16 juillet 2013 dernier, que l’organisation du Prix Polaris dévoilait la Liste courte, les dix albums en nominations pour l’intéressant prix qui sera remis le 23 septembre prochain. C’est un jury de plus de 200 membres issus de différentes sphères de la musique indépendante canadienne qui y votent. Et moi, bien j’avais mes favoris sur la longue liste et j’ai choisi les trois albums qui selon moi pourraient faire office d’album de l’année.

Young Galaxy – Ultramarine

La formation pop électronique de Vancouver en est à son quatrième LP avec Ultramarine, paru sur Paper Bag Records. L’album sonne à la fois enjoué et nostalgique, rempli d’émotions. Les textes sont rendus par de superbes voix et on s’y perd, dans nos réflexions. Les notes sont légères mais on y sent une certaine noirceur, une personnalité. Young Galaxy ont créés une oeuvre personnelle, créative, dansante et mélancolique, ouverte à l’interprétation. C’est l’essence même de l’art indépendant.

Purity Ring – Shrines

Le premier LP du duo signé sur Last Gang Records était si inattendu dans ma vie, découvert en plein milieu d’une nuit froide seule devant mon ordi. L’attachement est personnel et l’expérience intense. Ce qui marque de Shrines, c’est l’originalité, l’utilisation intelligente de la voix de Megan James et l’amalgame d’émotions. Malgré la forte présence de musique électronique sur la scène canadienne, Purity Ring ont réussi à trouver un son quasi magique, bien à eux.

 METZ – METZ

Signé sur une étiquette(Sub Pop Records) qui semblait s’être converti à l’american folk depuis quelques années, Metz est un album comme il ne s’en fait plus(assez). Le trio Torontois a réussi à enregistrer un album rempli de distorsion et parsemé de refrains solides. Ce mettre dans les oreilles l’album éponyme de METZ, c’est du bonbon pour les ‘trippeux’ de punk sale mais ça reste une oeuvre que n’importe qui avec une oreille pour le rock peut apprécier. Noise continuel.

LOUISE BURNS – The Midnight Mass // Album

burns8

‘Tomber sur The Midnight Mass, c’est comme un rêve.’ – Moi.

Outre le fait qu’elle fait partie de l’excellent band signé sur Arts & Crafts, Gold & Youth,  vous connaissez Louise Burns. C’est la bassiste juste ici.

La musique solo de Louise Burns, c’est loin de la pop de film d’ado. C’est une musique élégante et soignée, apaisante. C’est son deuxième effort solo et il est bien ficelé. Le résultat est un amalgame de chansons romantiques et noires qui, de par les paroles, bourdonnent la sincérité. Une vague de pop 60’s berce quelques morceaux qui restent fidèles au ton sombre(Don’t like Sunny days) tandis que  la mélodie de certaines voguent vers les 90’s(Emeralds Shatters, San Andreas). Les arrangements sont méticuleux mais la voix séduisante reste au centre de l’expérience, qui est parsemée de douceur et d’intensité. Louise Burns, qui compte plus de dix chandelles à son gâteau de musicienne, est mystifiante. La première écoute doit se faire attentivement, l’album éveille le corps et l’esprit, sans farce.

JUIN // Heavy Rotation

Aujourd’hui, le mois de juillet me frappe de plein fouet.

C’est peut-être le fait que je vais prendre part aux célébrations de la fête du Canada à Londres? Sincèrement, la fière québécoise que je suis ne se souvient pas d’avoir déjà tapée du pied et chanté l’hymne national le 1er juillet. Plaisir à venir.

Ce qui me frappe, c’est le temps qui passe SI VITE! Déjà sept semaines que je suis à Londres, la moitié du voyage de fait. L’Angleterre commence à ce réchauffer et les rumeurs de pluies constantes ne sont pas fondées. En juin, j’ai pris le temps de marcher sur les rives de la Tamise, d’arpenter les salles d’exposition du Tate Modern et de manger une poutine totalement legit, celle de P’tit Poutine. J’ai été assez chanceuse de voir entre autres, Marnie Stern et Wampire en concert mais aussi Tame Impala. ❤

Le délice de P'tit Poutine. La bavette CANADA clash un peu avec mes convictions poutinières.

Le délice de P’tit Poutine. La bavette CANADA clash un peu avec mes convictions poutinières.

All in all, je ne vois pas le temps passer, si bien que la liste de lecture du mois est plus courte qu’à l’habitude parce que je n’ai pas pris le temps d’écouter toutes les nouveautés qui me faisaient de l’oeil. Je suis par contre tombé sur des bijoux, Advance Base, CSS et comment passer à côté des anglais Disclosure, les affiches de leur album sont partout, ici. L’album du mois, pas de question, Austra – Olympia.

Je suis ici pour sept autres semaines et je suis pas mal chanceuse. Et heureuse.  Profitez bien du mois de juillet entres autre à Québec et manquez pas tous les concerts que les trippeux organisent. xo

—————————————————————————————

Voici la liste et sur rdio.