Découverte de Londres.

uk

Il y a quelques jours, mes plans ont changés. Moi qui croyait enfin, à mon retour de la Nouvelle-Écosse, prendre le temps de souffler un peu dans ma ville natale, j’ai été bien surprise. J’ai vue l’offre de l’amie d’une amie passer sur Facebook et voilà. Je pars à Londres pendant quatres mois pour vivre avec Josie et sa fille de 3 ans, de qui je m’occuperai pendant son stage de sage-femme.

Oh comme j’aime ma vie.

Malgré mes quelques périples, je n’ai jamais visitée l’Europe. Mon coeur d’aventurière n’a pas eu besoin de longs moments de réflexions pour se laisser convaincre. Même si j’avais trouvé un lieu de travail que j’aime ici et que oui, j’aurais adoré passer l’été à faire du vélo, de la terrasse et à courir les concerts, je (re)pars. Comment j’aurais pu dire non?

Bref, probablement que mon blog prendra une tournure plus personnelle pour les prochains mois. J’aurai certainement envie de partager ce que je vis, vois, expérimente.. Il y a beaucoup de nouveau dans cette situation pour moi, entre autre m’occuper à temps plein d’un enfant de 3 ans et demi dans une ville inconnue.  Je pars le 8 mai, armée de mes appareils photos films et numériques.

Si vous avez quelques conseils ou anecdotes à me raconter sur vos voyages, je veux les lire!! Parlez moi des artistes anglais que vous aimez, des festivals à ne pas manquer, des restos que vous avez adorés, des lectures de voyages que vous avez dévorées, je suis curieuse!

Pour l’instant, mon âme de personne engagée vous partage une campagne de pub anglaise contre le viol et la culture du viol. This is not an inivation to rape me. Je trouve le projet solidement exécuté. À quand quelque chose de si puissant au Québec? Est-ce parce que le besoin se sent plus ailleurs, parce que les gens se sentent plus concernés?

Aussi, vivre avec Josie va me permettre d’apprendre sur la pratique sage-femme, ce qui me plait beaucoup.

Hey, je m’en vais à Londres. J’capote.

Cheers!!

Publicités

La culture du viol. C’EST ASSEZ.

J’ai beaucoup de difficulté à lire sur le cas de la jeune Rehtaeh Parsons, cette adolescente de Nouvelle-Écosse qui s’est enlevée la vie cette semaine à la suite de dépression et d’intimidation causé par un viol de groupe. 4 garçons de sa communauté l’ont violé. Je vous épargne les détails…

Ce qui est important de comprendre ici, outre la façon dont les médias doivent traiter du sujet ou les conséquences judiciaires pour ces jeunes violeurs, c’est de REMONTER À LA SOURCE. Pourquoi de jeunes adolescents commettent un acte si violent, un acte qui brise l’intégrité entière d’une personne? Qu’est ce qui poussent les élèves d’une école secondaire, à la lumière de cet acte(photo du viol distribué à l’école) à blâmer et intimider la victime?

Dans notre tête, ça ne fait pas de sens de ne pas prendre conscience de l’horreur de l’acte, peut-être. Mais les jeunes, ils se doivent d’être éduqués en conséquence. Et pour avoir vécu dans une petite communauté de la Nouvelle-Écosse, je sais que beaucoup d’adultes ne savent pas comment aborder le sujet. Et ailleurs aussi.

Voila pourquoi, DANS LES ÉCOLES, il faut avoir des cours d’éducation sexuelle et parler en long et en large de CONSENTEMENT.

J’ai encore de la difficulté à écrire sur le sujet et je ne suis pas certaine de comment l’aborder avec des jeunes de manière efficace. Mais, je voulais vous faire part que c’est in the back of my mind.

Vous allez en entendre parler. Et non, ce n’est pas agréable, je le sais. Mais on ne peut plus faire l’autruche. C’est assez.

Lecture sur le consentement, c’est impeccable(anglais).:

The Healthy sex talk: Teaching kids consent, age 1-21.

GIANNA LAUREN // Découverte – Critique de concert

63527_10151342291151701_856336662_n
Photo que j’ai prise hier, dans le grenier.

Je voulais attendre la fin du mois pour bloguer sur tous les shows d’avril dans un même billet mais une artiste que j’ai vu hier m’a fait changer d’avis.

C’est dans le grenier d’un appartement de la rue St-Olivier qu’une trentaine de personne se sont rassemblées hier pour un programme triple, Jane Ehrhardt, Gianna Lauren et Harley Young(je suis partie avant de le voir). La formule est simple; un petit grenier, décoré de belles lumières, tu emmènes ton breuvage et un coussin pour tes fesses(que je recommande) et voila. Ça donne un concert très personel, agréable.

J’adore la voix de Jane Ehrhardt. Jouer devant un petit public assis si proche d’elle semblait lui convenir amplement. Elle a blagué comme si elle était assise avec une bande d’amis. Et le bonus des Shows de grenier c’est le chat qui se promène un peu partout. Ça attendrit les coeurs, les chats.

Suivi de Jane Erhhardt, c’est la très sympathique Gianna Lauren et son groupe qui se sont entassés là haut. Depuis une semaine,  j’écoute le dernier album On personhood et j’attendais la soirée d’hier impatiemment. C’est que sur le court album(6 pièces), tout m’enchante. Sa voix a juste le bon mélange d’insécurité et de chaleur, les mélodies sont travaillées, le rythme est calme. L’écriture est très personnelle. Dans le grenier, ils ont livré une performance intime. Coup de coeur pour la guitare électrique dans un si petit espace. Gianna m’a informé qu’ils continuaient leur chemin pour une série de concert dans les maritimes. Si vous avec la chance, allez les voir. En attendant, bonne écoute.

BLEACHED – RIDE YOUR HEART // Critique d’album

img-bleached_110834436689

Photo, interviewmagazine

Mardi, jour de tombé musicale.

Cette semaine, c’est le premier effort complet de Bleached qui retient mon attention. Les deux soeurs californiennes, Jessica et Jennifer Calvin, n’avaient offert que quelques simples depuis la formation de leur duo. Auparavant, c’était du groupe Mika Miko qu’elles faisaient parties(ça vaut l’écoute).

Bleached, c’est du rock de garage dans la trampe de Best Coast. Sur Ride your heart, on entend  le son du sud de la Cali, des riffs de guitare écorchés et des lignes de drums qui rapellent les 1960’s. Le passé punkish des filles est là, avec juste la bonne dose de girly. C’est servi avec des textes d’amour qui manque un peu d’imagination. Par contre, on sent qu’elles s’en foutent bien si on l’aime ou pas. L’indépendance, parfait <3.

Définitivement un album pour l’été, pour danser, les pieds légers. Le même album si paru en Janvier n’aurait été que déprimant pour nous, en plein froid. Par contre, je peux gager qu’il va jouer dans mes écouteurs pendant les longues promenades en vélo ou bien dans les hauts-parleurs de ma voiture. Plusieurs chansons sonnent d’ailleurs comme si elles avaient été écrites sur la banquette arrière d’une vieille chevy. La voix enregistré en lo-fi, tantôt enjoué, tantôt monotone plait bien, elle invite au sing-along. Meilleur morceau: Searching through the past (dans ma tête depuis la première écoute)

Effort plus que légitime.